California on my mind

Après une première expérience américaine à Atlanta en 2014, “Georgia on my mind” (référence à Ray Charles), d’où le titre de mon blog « California on my mind »,  il était temps pour moi de découvrir cette fameuse côte Ouest, le « Wild West»,  le pays des chercheurs d’or, des rêveurs, artistes, surfeurs, bohèmes ou passionnés de nature. En Californie il y en a pour tous les goûts, du ski au surf dans la même journée, en passant par death valley et les sequoias géants, pas le temps de s’ennuyer.

Après 10h30 de vol, un lundi 11 septembre (merci les billets moins cher grâce aux américains superstitieux), j’atterrie à San Francisco, la city by the bay, avec son fameux Golden Gate Bridge (qui fera l’objet de mon prochain article).

De manière générale, ce qui m’a frappée en arrivant en Californie, c’est la diversité. Diversité de nationalités, de langues, de couleurs, de cultures, de religions, tout cela dans une (plus ou moins) parfaite harmonie. Ce qui est beau avec les Etats-Unis c’est ce melting pot, ce patchwork de nationalités qui permet à tout étranger de se sentir chez soi. Entre latinos très présents en Californie du sud, asiatiques venu de l’autre bout du pacifique et africain américains arrivés il y a plusieurs siècles, il est difficile de décrire l’américain typique.

Justement, en parlant d’américain typique, venons-en aux clichés. S’il est vrai que lorsque l’on vous parle des américains vous pensez au gars un peu enrobé qui a abusé des burgers  frites de mac Donald avec un gun dans la main et une casquette « make america great again » sur la tête, vous vous trompez (du moins en Californie !). Ce qui m’a marqué en arrivant à Santa Barbara c’est le mode de vie local, très bio, sain et naturel. Vous me direz que c’est parce que la région est réputée pour être assez riche, c’est vrai, mais ce mode de vie « healthy » est une sorte de particularité californienne. A l’université de Californie à Santa Barbara (UCSB) vous avez plus de chance de croiser un bobo vegan qui cultive son propre potager qu’un américain enrobé fourré d’un burger.

En effet UCSB est un campus assez réputé pour son intérêt pour les questions environnementales et le développement durable : tri sélectif et politique zéro déchets sont à l’ordre du jour ici.

Si vous avez déjà rêvé de passer l’après-midi à la plage en sortant des cours, UCSB vous exauce, c’est l’un des seuls campus américains qui possède sa propre plage personnelle ! Il n’est pas rare de croiser en cours des surfeurs pieds nus avec leur planches prêts à surfer jusqu’au coucher de soleil. En parlant de ces derniers, il paraîtrait qu’on aurait à Santa Barbara les plus beaux couchers de soleil de Californie (photos à l’appui !). C’est tellement magnifique de profiter des dernières heures du jour à la plage en regardant le soleil se coucher entre un océan de papier d’argent et un ciel rouge orangé (minute romantique).

Vivre dans une petite ville remplie d’étudiant (Isla Vista, littéralement, je vois une île #yohabloespanol), entre l’océan et les montagnes, c’est aussi être coupé du monde, d’une actualité stressante et incessante, c’est comme être dans une bulle, le temps d’une année seulement. Entre San Francisco et Los Angeles, la petite (mais charmante) ville de Santa Barbara, réputée pour son architecture hispanique et son « wine county » (pas aussi bon que le bordelais bien sûr !) fait figure de havre de paix. Il n’est pas rare de croiser dauphins et phoques en allant surfer (ne me parlez pas des requins s’il vous plait !), et des baleines en hiver il parait ! Bref, il n’y a vraiment pas de quoi s’ennuyer !

Sinon, pour en revenir aux américains, il est vrai qu’ils sont extrêmement « friendly », toujours un petit mot pour mettre à l’aise, ils sont assez spontanés et dynamiques, il est très facile de rencontrer des gens ici, après pour se faire de vrais amis c’est autre chose… Il faut persévérer, car si les américains ont le contact facile, ils n’ont pas trop le don de la persévérance, « see you later », « let’s have a coffee soon » sont des petites phrases qu’il ne faut pas prendre au sérieux, les américains vous oublient aussi vite qu’ils vous ont rencontré, disons que c’est quelque chose de culturel ici !

A propos de la Californie, il est vrai que c’est un Etat très libéral, tant dans ses mœurs que sa mentalité, si vous avez le malheur de soutenir Trump, vous risquez de ne pas être très apprécié ici, d’autant plus à l’université, façade du libéralisme américain. Néanmoins, les américains, malgré tous les tords que l’on peut leur reprocher, sont assez ouvert d’esprit et toujours enthousiastes de rencontrer des étrangers, surtout les français qu’ils tentent d’impressionner en baragouinant 3 mots par ci par là « je pawrle un piti peu frawnçais » (imaginez le avec l’accent américain), fou rire garanti !

Bref, après bientôt 2 mois en terre inconnu, il était temps que je lance mon blog afin de faire un petit point sur le début de mon aventure ! Entre découvertes, rencontres, opportunités et voyages je n’ai vraiment pas eu le temps de souffler. En effet, ici le risque n’est pas trop d’être nostalgique de notre chère France (même si la nourriture me manqueeeee #àbatlesOGM), mais plutôt de s’essouffler car en Californie, sollicités tous les jours vous serez !

Enfin, je terminerais cet article en vous encourageant à voyager car « voyager est la seule chose que l’on achète et qui nous rend plus riche », riche en expériences, souvenirs, histoires, rencontres et plus encore. Alors si vous avez cette chance un jour dans votre vie, foncez !

XOXO,

Gossip Cap

PS: special big up à mes travel partners Marine, Obi, Max et Jul ma roomie <3

Mon article en images…

UCSB campus point lagoon
Golden Gate Bridge
California Street San Francisco
Les bordelais à Santa Barbara
Santa Barbara Mission
Sands Beach sunset, Isla Vista
Before surf session
Inspirational point hike
California republic flag San Francisco
California daily: palm trees everywhere
Santa Barbara view

Retrouvez capucineverstraete sur California On My Mind

Article original : Cliquer Ici

Powered by WPeMatico

Laisser un commentaire