¡A tapear!

J’étais en train de passer une petite nuit dans un confort optimal à l’aéroport quand j’ai été prise d’un petit pincement au cœur en songeant que cela faisait déjà 24h que je n’avais pas mangé de tapas. Je me suis ensuite souvenu que publier au moins 1 autre article sur ce blog faisait partie de mes bonnes résolutions, et qu’en prime celui-ci donnerait un peu de crédibilité au nom que je lui ai choisi.

Oui, cela relève presque de la tricherie de s’adresser aux estomacs gargouillant de petits 1A qui hésitent toujours à mettre Grenade en 1er choix.  Mais les tapas ici relève de l’art, c’est dans les bar que tout commence et tout fini, que la vie sociale bat son plein. Je vous propose un petit panorama, avec quelques coups de cœur.

(J’écris cet article avec un déficit de sommeil plus qu’évident, merci de votre indulgence et de ne pas juger mes goûts culinaires douteux).  

 

Les Tapas typiques et (presque trop populaires) : La Riviera

A mon sens, il s’agit clairement du meilleur bar de tapas de la ville. Tout y est délicieux et très peu cher, pour deux euros vous pourrez avoir un verre de… ce que vous voulez, assorti d’une petite ration sympathique. Luxe ultime: vous pourrez choisir la choisir à la carte.

Vous y retrouverez à peu près toutes les tapas typiques. Mention spéciale pour leurs croquetas caseras, leur carne en salsa et leurs alitas de pollo.  

 

Comme il lui faut bien un défaut, ce bar est quasiment toujours plein, les espagnols sont prêts à y manger en terrasse en plein hiver (et nous aussi), il est donc conseillé de se présenter à l’heure française du repas, tel un jeune touriste. Attention cependant, si vous arrivez vraiment trop tôt on ne vous accueillera peut-être pas en espagnol.

Les Tapas alternatives : La Antigua

Quand il n’y a plus de place à la Riviera, on ne panique pas, on se rend juste en face. C’est cela aussi, Grenade : vu le nombre de bar par rue, connaître ne serait-ce que les plus importants relève du défi. L’alternative à votre bar préféré s’avère très souvent être une bonne surprise.

Certes, l’ambiance est spéciale. Décor médiéval, fausses torches au mur, blasons, et écran plat pour regarder des clips de raggaeton, histoire de ne pas renier son identité espagnole.

Passé la première surprise, vous vous rendrez compte que les prix sont similaires à ceux de la riviera. Pour éviter de s’étendre sur des considérations financières quand on peut parler de nourriture, petite vérité générale: il sera presque toujours moins onéreux de manger des tapas à l’extérieur que chez vous. Et au vu de mes talents culinaires, c’est une très bonne nouvelle.

Les rations à la Antigua sont impressionnantes. Je tombe quasiment à chaque fois sur une espèce de hamburger, parfois du pain avec du poulet au curry ou une mixture indéfinie à l’intérieur. Oui, à l’intérieur. D’ailleurs, chers espagnols, arrêtez de mettre les omelettes « françaises » dans des sandwiches, mon cœur en saigne.

Les Tapas végétariennes : La Goma

Quand on sort prendre des tapas avec des théâtreux ou autres originaux de bon goût, on se rend subitement compte de l’existence d’un bar extrêmement sympathique, devant lequel on passait pourtant tous les jours.

A la carte de ce tout petit établissement, de la cuisine végétarienne (ou vegan, je ne sais plus bien à force). Non, petit amateur de viande, arrête tout de suite ce froncement de sourcils. Leur cuisine est très sincèrement délicieuse, je n’ai pas mangé une seule fois la même chose, que ce soit du couscous, des toasts que je ne saurais définir, ou d’autres mets au nom et à la composition tout aussi mystérieux.

En prime, certains soirs, le bar accueille des troupes de microthéâtre, des musiciens ou des poètes, parfois des échanges linguistiques, ce qui ne gâche rien. Je n’arrive toujours pas à comprendre leur secret pour placer autant de monde dans un si petit espace.

Les Tapas familiales : El Jaleo / Picoteo (on ne sait plus)

Non, je ne suis pas subjective. Oui, j’y vais toutes les semaines. Mais on y mange si bien.

Dans un premier temps, si l’ESN vous donne un point de rendez-vous, c’est une bonne adresse. Les membres du Jaleo (je n’aime pas leur nouveau nom, désolée) ont une conception du commerce bien à eux. Toujours pour une somme modique, vous pourrez boire un petit verre, manger des tapas froides et chaudes. Par tapas froides on entend du salmorejo (soupe typique), des pommes de terre, des toasts, un dessert parfois, et même des sushis, au choix. Et par tapas chaudes… Bon, c’est un plat. Un bon hot-dog, du poulet au curry, de la viande, des nouilles aux légumes… En cas de grosse faim, repartez pour un deuxième tour, personne ne s’en apercevra.

De plus, l’ambiance erasmus, le brouhaha espagnol tinté d’accents du monde, et l’équipe esn (à laquelle je fais de gros bisous, puisque de toute manière ils parlent tous français en faisant semblant de ne pas s’y connaître) ajoutent au charme du lieu.

Les Tapas « juste parce qu’on ne veut pas aller trop loin » : La Sitarilla

Comme ce lieu fait aussi partie de mes habitudes depuis le début de l’année, il me semblait dommage de ne pas en parler. La plupart du temps, vous aurez un peu de viande en sauce avec des frites et un bout de pain, ce qui est honnête.

Mention spéciale au serveur dont l’accent andalou à couper au couteau entraîne votre compréhension orale, qui reste aimable même si vous n’avez rien compris et vous lance son fameux petit sourire de papy à chaque fois qu’il ramène des tapas.

 

ATTENTION, PASSÉ CE POINT VOUS ENTREZ DANS LE DOMAINE DES NON-ASSIMILABLES AUX TAPAS

Le Café Bombom

Je pense qu’on peut se considérer habitué(e) d’un établissement à partir du moment où on commence à appeler certains employés par leur prénom. Et qui dit habitude dit obligation de le mentionner dans cet article.

Ce café assez grand propose les meilleurs smoothies du monde, et, surprise récente, sait faire des crêpes dignes de ce nom. Pour les amateurs de petit-déjeuner équilibré, ils ont aussi du muesli.

Les croquetas: La Kroketeria de Tia Petra

Les croquetas caseras font certainement partie de ce que les espagnols font de mieux en termes de nourriture. Et dans cette petite échoppe, on vous propose des croquettes « meilleures que celles de ta grand-mère ».

Forcément, j’ai voulu tester, je n’ai compris que la moitié des noms de leurs variétés, mais je n’ai pas été déçue. Elles sont cuites dans un four juste en face des clients, qui sont sensés les prendre à emporter, étant donné qu’ils ne disposent que de deux ou trois chaises. Petit coup de cœur.

L’ambiance « française » : le Bohemia Jazz Coffee

Quand une italienne vous prend par la main pour vous emmener à un « café français », vous prenez peur. Parce que jusqu’ici, je rappelle qu’ils mettent nos omelettes dans du pain et qu’ils rajoutent trois tonnes de beurre dans nos croissants (qu’ils sont même capables de faire avec de l’huile d’olive, à ce qu’il paraît).

En entrant dans le bar, fierté. Je n’aurais pas qualifié ce bar de particulièrement français, je l’aurais juste trouvé très classe.

 

Piano en plein passage, instruments de musique sur les murs déjà recouverts de photos un peu vintages de célébrités, cafés et gâteaux qui sont parmi les meilleurs que j’aie goûtés. Pas de gros drapeau bleu blanc rouge, non, c’est toute une ambiance, et en prime ils passent de la bonne            musique. La photo parle d’elle-même.

 

 

La Qarmita

Énorme coup de cœur, vous allez comprendre. C’est un café littéraire. Vous avez compris.

Citations aux murs, livres de poésie, de philosophie, d’histoire ou romans mis à disposition, clubs littéraires organisés, salle de théâtre au sous-sol, petit canapé en terrasse pour vraiment vous isoler. Ça fleure bon le papier neuf et le chocolat chaud, c’est sans doute l’une des petites pépites de la ville

 

.

 

PS: Je ne sais toujours pas prendre de photos donc je ne revendiquerai pas la propriété intellectuelle de certaines que j’ai gentiment récupérées sur les pages facebook des bars et cafés après autorisation, ou qui sont libres de droits.

PPS: Non mama, je ne visite pas que les endroits où l’on peut manger, promis.







Retrouvez Hélène Dieulot sur Tapas & Grenadine

Article original : Cliquer Ici

<

p class= »wpematico_credit »>Powered by WPeMatico

Laisser un commentaire